top of page

Upcoming Exhibition

[ alors que la langue se glisse ]

commissaire invité - Alexander Rondeau - [guest curator]
 

Aylan Couchie, Anyse Ducharme, Marc-Olivier Hamelin, Mishiikenh Kwe, Marc Ranger, Katya Serré

 

French, English, & Nishnaabemwin

image_with_text.jpg

as the tongue slips

FR:

« alors que la langue glisse »  utilise des cadres théorique queer et féministes pour rassembler six artistes travaillant sur des questions complexes entourant la langue et les structures de pouvoir dans ce qu'on appelle le nord-est Ontario et le nord-ouest Québec, avec une sensibilité particulièrement venant du nord. En conséquence, les artistes travaillent sur les questions de préservation de langues, d'identités, de traductions et d'absence de traduction en français, anglais, et nishnaabemwin.

 

Une langue est une chose étrange à considérer dans la façon dont l’identité est construite, actualisée et exécutée, n’est-ce pas? On entend souvent l'expression « langue maternelle » pour identifier notre langue dominante (la langue dominante étant elle-même un produit de la mondialisation et des systèmes de pouvoir coloniaux, et la question de la langue maternelle peut souvent être altérante ou destinée à marginaliser); en français, « langue » signifie à la fois une langue dans nos bouches et des langages; en anglais, nous pourrions souligner une erreur lorsque nous parlons avec l'expression « a slip of the tongue », soulignant que nos capacités de communiquer et à nous exprimer à travers de langages sont faillibles et glissantes. De plus, la langue est souvent au centre du plaisir queer, sapant ainsi les conceptions patriarcales et hétéronormatives du sexe et de la sexualité. En français, il existe de nombreuses insultes homophobes péjoratives, mais nous cherchons encore des manières pour discuter positivement des identités queer, autre que des anglicismes posant la question alors: comment déterminer quand produire des nouveaux mots ou quand d'emprunter d'une autre langue?

 

Une lecture queer de les œuvres dans << as the tongue slips >> nous permet de troubler les questions normalisées et standardisées de l’expression et de la communication afin d'affirmer des meilleures façons de faire les choses. D'utiliser queerness comme prisme à travers lequel remettre ainsi en question la langue dans un état colonisateur – qui a cherché à éradiquer les langues autochtones – nous permet d’élargir les horizons de possibilités et de sortir des structures binaires.

 

EN :

[as the tongue slips] uses queer and feminist frameworks to bring together six artists working through complex questions surrounding language and power structures therein in so-called Northeastern Ontario and Northwestern Québec, with sensibilities that are indeed uniquely Northern. Accordingly, the artists are working with questions of language preservation, translation and sometimes lack thereof, and identity in French, English, and Nishnaabemwin.

 

A tongue is a strange thing to consider in how identity is constructed, actualized, and performed, isn't it? We often hear the expression "mother tongue" to identify our dominant language (dominant language itself being a product of globalization and colonial systems of power, and the question of a mother tongue can often be othering or intended to marginalize); in French, "langue" means both language and tongue; we might highlight a mistake when speaking as "a slip of the tongue" thus imparting that our abilities to convey and express ourselves through language are fallible and slippery. Further, the tongue is often centre-stage in queer pleasure undermining patriarchal and heteronormative conceptions of sex and sexuality. In French, there exists numerous pejorative homophobic slurs, yet we continue to search for language to positively discuss queer identities outside of borrowing anglicized terms -- how do we determine when to produce new words, or when to borrow from another language? 

 

A queer reading of the works in alors que la langue se glisse allows us to trouble normalized and standardized questions of expression and communication as an assertion of a better way of doing things. To use queerness as a prism through which to question language in a settler state -- which has sought to eradicate Indigenous languages -- allows us to expand horizons of possibility, and step out of binaried structures. 

 

alors que la langue se glisse

Screen Shot 2024-01-02 at 4.06.47 PM.png
2014 OAC BK JPG logo.png
bottom of page